Chargement ...

Le groupe Serda / Conseil / Avis d'experts

Avis d'experts

AP22 & la Confiance Numérique

Le 10 août dernier, au Fort de Brégançon, Emmanuel Macron signait la loi n° 2018-727 pour un Etat au service d'une Société de confiance et en conséquence “vers une action publique modernisée, simple et efficace”. Cette loi s’inscrit dans la continuité de la marche vers la dématérialisation et renforce le cadre de l’Action Publique 2022 (AP22).


AP22 : faisons le point sur 3 leviers d’action

Le programme de transformation Action publique 2022 a été lancé le 13 octobre 2017 : il s’agit de la dématérialisation et de la transformation numérique de la relation de l’administration avec les usagers, qu’ils soient particuliers comme opérateurs économiques. AP22 est porté par la DITP (direction interministérielle de la transformation publique) et par la DINSIC (direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État).


Certification NF544 d’une chaîne de numérisation en mode copie fiable

On attendait que la  certification d’une chaîne de numérisation en mode copie fiable en conformité avec la norme NF Z 42-026 soit possible. L’Afnor a décidé la création de la marque NF 544 dont le référentiel de certification a été diffusé et mis en application le 22 novembre 2018. Désormais la chaîne en mode copie fiable, qui a vocation d’être conforme aux recommandations du décret n° 2016-1673 du 5 décembre 2016 relatif à la fiabilité des copies et pris pour l'application de l'article 1379 du code civil, peut être certifiée par Afnor certification. 


Comparatif de fonctions collaboratives entre outils de GED

Se doter d’une GED collaborative, c’est avant tout se doter d’un outil qui permet de mieux travailler ensemble dans une organisation, équipe, projet, activité, direction… tous métiers confondus, en interne comme en externe. Il s’agit d’associer à une plateforme documentaire une couche complète de services qui permette de faciliter la collaboration sur les documents. 


GED collaborative et change management pour transformer les modes de travail

Que l’on soit fonctionnaire ou collaborateur du secteur privé, quel que soit le métier ou la fonction qu’on exerce, nous sommes de plus en plus adeptes des réseaux sociaux ; nous acquérons de plus en plus les réflexes de communication numérique en entreprise. Nous attendons donc de nos outils de travail quotidiens les mêmes formes de possibilité, c'est-à-dire une forme de communication qui stimule les nouveaux usages participatifs au-delà du traitement des documents dans un workflow et qui simplifie tous les niveaux de traitement. 


Digital workplace : la révolution

Conséquence de l’évolution des usages et de l’émergence de nouvelles technologies (réseau, mobile, cloud, etc.), la digital workplace, héritière de nos bons vieux intranets, se fait une place au soleil, au gré de la transformation numérique des organisations. Elle promet un nouvel environnement de travail centré sur l’utilisateur et porte en elle beaucoup d’espoirs en termes de productivité, de collaboration et de bien-être au travail.


Faut-il prévoir un acquittement d'archivage électronique systématiquement dans le cadre du déploiement des GED collaboratives en particulier ?

Trois fois oui ! 

D'abord parce que dans un contexte d'archivage qui est soit à vocation probatoire, soit à vocation de préservation dans le temps, le flux de versement est à tracer et enregistrer dans le double objectif de relever et traiter les erreurs et d'archiver les métadonnées du flux d'entrée des données en archivage. A noter que le modèle OAIS comme les exigences de la norme NF Z 42-013 / ISO14641 flèchent ce point en particulier.


L’enjeu de l’Archivage électronique dans la gouvernance de l’information

Selon le Rapport 2018 sur la Gouvernance de l’information publié par le groupe Serda-Archimag, organiser la pérennité à long terme des documents et informations est le second enjeu pour 53% des organisations, le premier étant l’accès et le partage des informations. Vient renforcer cette seconde place la crainte de ne pas maîtriser les risques de gestion des documents papier ou des fichiers électroniques enregistrés au petit bonheur la chance, mais aussi la volonté de supprimer progressivement le papier.


Documents électroniques, documents papier : combien de temps les conserver ?

Afin d’assurer la sécurité de ses informations et de pouvoir les opposer à des tiers, il est indispensable de bien connaître les durées de conservation des documents papiers et électroniques. Les durées légales doivent être respectées mais aussi adaptées à votre organisation, à votre environnement et à vos contraintes spécifiques. Le groupe Serda-Archimag, en collaboration avec les avocats experts du cabinet Lexing-Alain Bensoussan, propose 2 bases de données : l’une Secteur Privé, l’autre Secteur Public.


En quel format numériser ?

La dématérialisation s’impose aujourd’hui dans toutes les organisations. Beaucoup de documents sont dès lors numérisés, encore faut-il savoir sous quel format les conserver. 

Le Référentiel Général d’Interopérabilité version 2 (RGI) recommande 5 formats utilisables pour les objets images :

TIFF : Tag Image File Format
GeoTIFF : Geographical Tag Image File Format
PNG : Portable Network Graphics
JPEG : Joint Photographic Experts Group
PDF : Portable Document Format